Trouver une Franchise
  1. Accueil
  2. Centre d'information
  3. Articles sur la franchise
  4. Démarrer sa franchise : le business-plan, une étape clé incontournable ?

Le business-plan, une étape clé incontournable ?

29.03.2012

Démarrer sa franchise : le business-plan, une étape clé incontournable ?

calcul.jpgVous avez identifié le secteur d'activité dans lequel vous souhaitez vous lancer en franchise. Vous vous êtes rapproché des différents réseaux existant sur ce marché pour les comparer et vous êtes prêt à faire votre choix. La prochaine grande étape qui vous attend est celle de la rédaction du business plan. D'abord parce que les organismes bancaires qui soutiennent les nouveaux franchisés vont l'exiger pour vous accorder un prêt. Ensuite, parce que ce sera un outil essentiel pour valider certaines hypothèses et vérifier que vous ne faites pas fausse route, avant qu'il ne soit trop tard. En particulier, vous pourrez ainsi être clair sur le niveau d'investissement réel nécessaire (fonds propres et capacité à emprunter).

Tous les experts s'accordent à dire que le business plan n'est pas fait pour être respecté à la lettre mais pour servir de guide à l'entrepreneur qui démarre une nouvelle affaire. C'est la raison pour laquelle, même s'il se fait accompagner par le franchiseur ou un professionnel (expert-comptable, consultant spécialisé, etc…) dans la rédaction de ce document, l'implication du franchisé est fondamentale : il doit se l'approprier pour s'assurer de la viabilité de sa création et défendre son idée, la cohérence du porteur de projet avec ce qu'il ambitionne d'entreprendre étant primordiale.

Généralement, le document qui peut compter plusieurs dizaines de pages est construit en deux grandes parties, la première étant plus descriptive et la seconde réservée aux données budgétaires sur le projet concerné.

Après la présentation de la personne qui se lance en franchise, il faut détailler les raisons qui l'ont poussé à choisir la franchise qu'elle entend gérer et le réseau dans lequel elle souhaite entrer. Ensuite sont présentés les résultats de l'étude de marché préalablement réalisée (informations chiffrées sur le secteur d'activité et la concurrence, données concernant l'emplacement envisagé et son environnement économique, clientèle visée et ses intentions d'achat, …). Pour se procurer les éléments de référence nécessaires, le candidat à la franchise se rapprochera de la chambre de commerce et d'industrie, de la chambre des métiers et de l'artisanat, du greffe du tribunal de commerce, des Fédérations professionnelles de la branche concernée, … en tenant bien compte des spécificités locales ; chaque zone de chalandise comporte des particularités à ne pas négliger. L'INSEE propose également un outil d'aide au diagnostic d'implantation locale, ODILÀ savoir : pour tester son projet avant de se lancer en franchise, il est possible d'avoir recours au Contrat d'appui au projet d'entreprise, CAPE. Ce dispositif permet d'exercer son activité d'indépendant tout en étant accompagné juridiquement par une autre structure et ainsi, prendre la température du marché visé, sans prise de risque.

Dans la seconde partie du business plan, le porteur de projet doit chiffrer ses besoins financiers sur les 3 premières années, au moyen de différents tableaux prévisionnels. L'objectif est d'effectuer une première estimation du chiffre d'affaires potentiel par personne travaillant dans l'entreprise.

  • le plan de financement initial : calcul du fonds de roulement requis pour faire face à la période de démarrage et des ressources financières pour faire face aux imprévus, garanties pour assurer les prêts consentis.

  • le compte de résultat prévisionnel : calcul prévisionnel des recettes de l'entreprise, établi mensuellement sur la base du panier moyen ou du coût moyen de la prestation multiplié par le nombre de clients (certaines activités connaissent des fluctuations selon la saison à préciser).

  • le plan de trésorerie : mise en évidence, mois par mois, des entrées et des sorties de recettes, de manière à anticiper les dépenses ultérieures.

  • le plan de financement sur 3 ans : évaluation de la solidité financière du projet établie dans le plan de financement initial.

plan.jpgSans business plan, point de salut ? Aujourd'hui, certains prônent de nouvelles méthodes plus intuitives pour construire un projet d'entreprise, en reléguant le traditionnel business plan à de l'histoire ancienne. C'est l'approche SynOpp®, développée au Québec et mise en avant par l'Agence Pour la Création d'Entreprise (APCE). Le principe est d'abord d'éviter à l'entrepreneur d'être ralenti dans la mise en oeuvre de son projet à cause de dossiers trop lourds et souvent inadéquats à monter. Ensuite, le cheminement est graduel : en prenant les moyens d'une meilleure adaptation à son environnement économique et personnel, le créateur vérifie par l’action que l’offre de produit ou de service répond au besoin des consommateurs ciblés et à sa propre capacité à assumer responsabilités et éventuelles déceptions. En résumé, l’accompagnement SynOpp® se concrétise par différentes phases :

  1. Identification d'un besoin par l'entrepreneur,
  2. Développement d'une solution avec un potentiel de marché suffisant, en adéquation avec la concurrence et les règles du jeu de son secteur,
  3. Évaluation par l'entrepreneur de sa capacité à démarrer le projet, d'après les éléments rassemblés à ce stade,
  4. Concrétisation par le lancement du projet et la définition d’activités de gestion à court terme.

Pour conclure, méthode traditionnelle ou innovante, c'est à chaque entrepreneur de s'approprier les outils qui lui conviendront le mieux et lui permettront de sécuriser sa nouvelle vie professionnelle, sur le plan des finances.


Benjamin RIBANO, Directeur du portail web Le crédit de l'entrepreneur, nous apporte son éclairage d'expert sur la question du business plan

B.Ribano.jpg

Franchise Directe : Quelle est votre définition du business plan ?

Benjamin Ribano : Le Business plan est un document essentiel à la « construction » d’un projet de création ou de reprise d’entreprise, à sa conduite et à sa maturation. On y retrouve notamment les éléments juridiques de la future entreprise, sa stratégie, les informations relatives au marché, les prévisions financières …

FD : Quelles sont les méthodes qui vous semblent les meilleures pour l'établir ?

BR : L’élaboration d’un tel document débute par le respect d’un plan. Il existe de nombreux ouvrages qui permettent aux entrepreneurs de les aiguiller dans la rédaction d’un Business Plan. L’entrepreneur va devoir rechercher un certain nombre d’informations pertinentes relatives à son projet pour parvenir à un résultat satisfaisant. Un conseil sur la méthode : comme tout Business Plan, ce document commence par l’Executive Summary : sorte de synthèse qui doit tenir en une ou deux pages. Il s’agit de l’élément le plus important. C’est pour cette raison qu’il est préférable de terminer par cette étape.

FD : Selon vous, que doit et que ne doit pas en attendre l'entrepreneur ?

BR : Le Business Plan est un formidable moyen pour l’entrepreneur de disséquer son projet et de tester sa viabilité sur le papier. Cette étape de recherche et de modélisation franchie, le projet étant à priori viable, il constitue une parfaite feuille de route. Cependant, l’élaboration du business plan ne garantit pas, à lui seul, le succès de cette étape délicate qu’est la recherche et la négociation du financement bancaire. Il est conseillé de se faire accompagner par un expert, qui sera en mesure de rédiger un dossier de demande de financement, en appui du Business Plan, de sécuriser le projet et de négocier auprès des banques afin qu’il se réalise dans des conditions financières optimales.

Notre Newsletter

Recevez GRATUITEMENT nos dernières opportunités de franchises