1. Accueil
  2. Guide de la franchise
  3. A la Ribambelle
  4. Interview de Franchise Directe avec Véronique CANET, franchisée A la Ribambelle de Lyon - mai 2011

A la Ribambelle

Interview de Franchise Directe avec Véronique CANET, franchisée A la Ribambelle de Lyon - mai 2011

La franchise pour enfants A la Ribambelle étend son réseau à l'ensemble du territoire avec succès comme en témoigne la franchisée de Lyon dans cet interview.

Franchise Directe : Véronique Canet, merci de vous présenter en quelques mots et de nous retracer votre parcours professionnel avant de devenir franchisée "A la Ribambelle" ?

Véronique Canet : Bonjour, j'ai trente-cinq ans, je suis mariée et mère de deux enfants. J'ai une formation Bac + 3 en physique-chimie. À l'âge de 22 ans, après ma Licence, j'ai eu l'opportunité de créer une entreprise de câblage électrique, travaillant en sous-traitance pour de grands groupes. Pendant cinq ans, j'ai dirigé cette entreprise de 10 salariés. J'ai fait ensuite le choix d'avoir des enfants, ce qui n'était pas compatible avec les déplacements nombreux liés à cette fonction de chef d'entreprise ; j'ai donc replacé tous les salariés chez des clients et arrêté l'entreprise en 2005. Après ma grossesse, je suis devenue salariée comme assistante de direction dans le domaine de l'écologie. Quand on a connu la vie de chef d'entreprise, c'est difficile de vivre les contraintes du salarié, même si le statut est plus sécurisant. Licenciée économique, j'ai souhaité recréer quelque chose : mon mari étant artisan, je ne voulais pas prendre de risque et trouver une structure qui m'encadre, c'est pourquoi je me suis tournée vers la franchise.

FD : Détaillez pourquoi vous avez fait le choix d'entrer en franchise et pour quelles raisons votre choix s'est-il porté sur "A la Ribambelle" ?
VC : La démarche de création d'entreprise est très simple. Par contre, la nature même de cette activité nous confronte à des domaines comme la gestion des contrats des intermittents du spectacle que j'ignorais complètement et c'est ce qui m'a décidé pour le cadre de la franchise. Je voulais créer ma société dans un secteur qui me motive complètement. Il y avait deux secteurs d'activité qui m'intéressaient vraiment, l'écologie et l'enfance. Ma rencontre avec Philippe RELIER m'a convaincue en une journée. Dès ce premier rendez-vous, j'ai senti que le soutien serait possible à tout moment. De plus, cette activité conjugue pour moi plusieurs intérêts : l'aspect gestion que je connais bien, un secteur plaisant où la clientèle a le sourire et un travail lucratif à terme.

FD : Quels sont les aspects de la formation initiale apportée par le franchiseur les plus positifs ? Lesquels auriez-vous souhaité voir plus approfondis ?
VC : J'ai bénéficié d'une formation individuelle qui était complètement adaptée à mes compétences. Sur les points que je maîtrisais déjà comme la TVA nous sommes passés assez vite, pour mieux approfondir ce qui était nouveau pour moi : les déclarations fiscales propres au métier, les méthodes de développement de l'activité elle-même. Cette adaptation à la personne concernée est vraiment le point fort de la formation. Ce qui m'a manqué, c'est de pouvoir assister à une animation enfantine en situation avant de me lancer.

FD : Bénéficiez-vous de formation continue ?
VC : Oui, après 3 mois, 6 mois et 1 an d'activité. En outre, à n'importe quel moment, on peut avoir la réponse à toutes nos questions en s'adressant au franchiseur.

FD : Maintenant que le réseau compte plusieurs agences, comment le franchiseur l'anime-t-il ?
VC : Nous communiquons beaucoup par mails entre nous. Une réunion annuelle est prévue pour échanger nos expériences. Nous fournissons également un important travail collectif pour alimenter le site Internet afin qu'il soit bien référencé. De la publicité nationale est mise en place sur le web, dont nous bénéficions.En ce qui me concerne, je réponds souvent à des questions de nouveaux franchisés qui me sollicitent.Par ailleurs, j'ai des contacts privilégiés avec l'agence de Clermont-Ferrand qui est proche géographiquement.

FD : Selon votre expérience, quels sont les points forts de la franchise "A la Ribambelle" par rapport à la concurrence ?
VC : Nous n'avons pas de concurrence organisée en réseau comme À la Ribambelle. Sur Lyon, j'ai deux concurrents qui sont indépendants. De ce fait, ils peuvent mobiliser moins d'intervenants que moi donc proposent moins de choix d'animations et surtout, ils ne bénéficient pas des tarifs très intéressants que nous avons pour l'achat du matériel, ce qui nous donne la possibilité de vendre des prestations à des prix inférieursà eux. D'autre part, le fait de pouvoir justifier de 27 années d'expérience pour le créateur de notre réseau génère la qualité de notre formation initiale et donne confiance à la clientèle. Le fait qu'A la Ribambelle soit présente dans différentes régions de France est un gage supplémentaire de sérieux. Enfin, le site Internet que gère le franchiseur est un soutien très important dans notre activité.

FD : Selon vous, quelles sont les qualités requises pour réussir en franchise ?
VC : Il faut avoir ses idées mais toujours garder en tête que vous n'êtes pas le seul décideur et que vos propositions ne passent pas au-dessus de ce que le franchiseur a déjà mis en place. Il faut faire preuve de respect vis à vis de la marque nationale dont vous véhiculez l'image. Il faut aussi être capable de gérer du personnel et pouvoir assumer le stress provoqué par les imprévus de chaque partenaire.

FD : Quels conseils donneriez-vous à un candidat à la franchise, avant qu'il ne fasse son choix sur telle ou telle enseigne ?
VC : J'estime qu'il est important de se diriger vers un secteur d'activité où l'on est sûr de s'épanouir, que l'on saura vendre et qui pourra vous rapporter. Il faut faire attention à ne pas aller vers un marché déjà saturé, éviter de surfer sur la vague mais choisir une activité qui peut fonctionner durablement. Il faut aussi avoir conscience que votre franchise ne va pas être rentable tout de suite : il est donc nécessaire d'avoir une base financière suffisante pour investir au départ mais aussi tenir sans salaire plusieurs mois.

FD : Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?
VC : Oui, personnellement je m'épanouis complètement dans cette activité que j'ai commencée à l'automne dernier. C'est un travail à plein temps qui m'apporte beaucoup de satisfaction. L'avantage, c'est qu'on peut prendre des congés au moment des vacances scolaires, période un peu plus calme pour nos affaires. Par contre, le mois de décembre est très important : avec les arbres de Noël pour comité d'entreprise, nous réalisons un CA qui peut assurer une partie des charges de l'année, il ne faut donc pas le rater. Pour le mois de mai, j'ai déjà 30 animations programmées ; c'est très prometteur !

Voir le profil A la Ribambelle

 

  • A la Ribambelle - Image
Zones disponibles
Franchises disponibles dans toute la France.
Type de contrat
Franchise.
Apport personnel minimum
20 000 €
Formation dispensée
Oui.
Franchise à domicile
Oui.
A temps partiel
Oui.
Demander des Informations